Entre réalité et prospective :
   L'armée de terre française en janvier 1989
 
David DELPORTE
 
 

Ces engins « GILLOIS » sont l’œuvre du Général Gillois de l'arme du Génie. A l'issue de la deuxième guerre mondiale et face aux ponts provenant des États-Unis en dotation dans l'armée française, ce militaire a l'idée de créer ces trois engins partageant la même cellule mécanique mais avec des superstructures différentes. Ainsi, de par un déploiement mécanique, c'est un gain de temps et une meilleure protection des personnels.

 

Un autre moyen de franchissement est en dotation dans les régiments du génie de corps d'armée. Il s'agit du pont flottant motorisé. C'est un système simple à mettre en place. Ce pont se présente sous la forme de modules « pont » de 10 mètres de long propulsé par deux moteurs hors bords et d'un module « rampe ». L'assemblage de ces divers modules permet la création d'une poutre flottante continue permettant le passage de coupures humides. Le module « pont » peut cependant être aussi utilisé en « bac ».

 

Chaque compagnie « PFM » peut ainsi établir 300 mètres de ponts. Cependant de par l'absence de protection balistique, ces engins sont établies sur des coupures humides sécurisées contrairement aux engins « GILLOIS » qui peuvent intervenir sous le feu ennemi.

En ce qui concerne la 22ème compagnie d'appui, elle mène à la fois les actions offensives et défensives présentées en introduction.

 

C'est en cela qu'elle est dotée, outre sa section de franchissement, d'une section équipement à but offensif et une section obstacles à but défensif.

 

La section équipement est dotée d'engins de terrassement tels que des tracteurs-chargeurs, des engins de déblaiement – tracteurs niveleurs (bulldozers), des niveleuses et des décapeuses. Tous ces engins servent à l'établissement ou à la réfection d'axes en vue d'une action offensives.

 

La section obstacles est dotée d’engins d'enfouissement et d'engins poseurs de mines. Ces véhicules permettent de bloquer la progression des troupes ennemies. En cela et pour conclure, l'arme du génie se doit d'être toujours en tête tant sur le plan offensif que défensif.

 

Hors les unités d'appui de quatorze divisions inscrites à l'ordre de bataille de l'armée de terre, l'arme du génie de corps d'armée est aidé par les unités de franchissement de la Division du Rhin ainsi que de la 14ème division légère blindée – école.

 

Un tableau expose ci-dessous ces moyens complémentaires :

 
 

Commandement / appui

Franchissement

Combat

1er régiment du génie

21ème CCAS

23ème CPFM

24ème CPFM

/ …

1ère CC

/ …

4ème régiment du génie

21ème CCS

22ème CA

24ème CIF

25ème CFA

/ …

1ère CC

/ …

12ème régiment du génie

21ème CCAS

23ème CPFM

24ème CPFM

25ème CPFM

?

/ …

16ème régiment du génie

21ème CCAS

23ème CPFM

24ème CPFM

25ème CPFM

?

/ …

 

Comme nous pouvons le voir, les moyens de ces quatre régiments du génie ne sont pas à prendre à la légère. C'est un complément appréciable pour les moyens de franchissement mis à la disposition des trois corps d'armée.

 

Pour conclure faisons un point complet quant aux moyens de franchissement mis en œuvre dans les cinq régiments de corps d'armée et les quatre régiments présentés supra. On dénombre pas moins de dix-neuf compagnies de franchissement et neuf sections de franchissement.

 
  • Dix compagnies de ponts flottants motorisés :

    • 23ème et 24ème compagnies du 1er régiment du génie,

    • 24ème compagnie du 2ème régiment du génie,

    • 23ème, 24ème et 25ème compagnies du 12ème régiment du génie,

    • 23ème, 24ème et 25ème compagnies du 16ème régiment du génie,

    • 24ème compagnie du 71ème régiment du génie.

 
  • Huit compagnies de franchissement amphibie :

    • 25ème compagnie du 2ème régiment du génie,

    • 25ème compagnie du 4ème régiment du génie,

    • 25ème compagnie du 6ème régiment du génie,

    • 23ème et 25ème compagnies du 10ème régiment du génie,

    • 25ème et 26ème compagnies du 11ème régiment du génie,

    • 25ème compagnie du 71ème régiment du génie.

 
  • Une compagnie dotée de matériels divers :

    • 24ème compagnie d'instruction du 4ème régiment du génie.

 
  • Neuf sections de franchissement :

    • section de franchissement de la 22ème compagnie d'appui du 1er régiment du génie,

    • section de franchissement de la 22ème compagnie d'appui du 2ème régiment du génie,

    • section de franchissement de la 22ème compagnie d'appui du 4ème régiment du génie,

    • section de franchissement de la 22ème compagnie d'appui du 6ème régiment du génie,

    • section de franchissement de la 22ème compagnie d'appui du 10ème régiment du génie,

    • section de franchissement de la 22ème compagnie d'appui du 11ème régiment du génie,

    • section de franchissement de la 22ème compagnie d'appui du 12ème régiment du génie,

    • section de franchissement de la 22ème compagnie d'appui du 16ème régiment du génie,

    • section de franchissement de la 22ème compagnie d'appui du 71ème régiment du génie.

- - - / - - -

E – LES UNITÉS DU TRAIN :

 

Après avoir vu les unités de l'arme du Génie, passons maintenant à l'arme du Train. L'arme du train a une double mission, celle du transport du matériel et des hommes et celle du bon acheminement et de la progression des troupes de combat, de soutien et d'appui.

 

Nous verrons plus tard, dans une page dédiée, que cette arme fournit également des régiments de transport qui sont affectés au 1er commandement logistique et à chaque brigade logistique de corps d'armée ou de Force d'Action Rapide.

 

De plus l'arme du train diligente également des unités d'aide au commandement, c'est ce qu'on appelle les escadrons de commandement et de quartier général. Ces unités ont déjà été présentées dans le cadre des éléments organiques de la 1ère armée.

 

Nous verrons ici trois régiments de commandement et de soutien développant ces capacités de commandement.

 

- - - / - - -

1 – LES UNITÉS DE CIRCULATION ROUTIÈRE :

 

Unités

Garnison

Rattachement

Chef de corps

601ème régiment de circulation routière

Achern

Commandement du Train du 2ème corps d'armée

Lieutenant-Colonel BELMER

602ème régiment de circulation routière

Dijon

Commandement du Train du 1er corps d'armée

Lieutenant-Colonel LE GOFF

604ème régiment de circulation routière (Réserve)

Tours

Commandement du Train du 3ème corps d'armée

/ …

615ème régiment de circulation routière

Pannes

Commandement du Train de la Force d'Action Rapide

/ …

619ème régiment de circulation routière (Réserve)

Dôle

Commandement du Train du 1er corps d'armée

/ …

622ème régiment de circulation routière (Réserve)

Dôle

Commandement du Train de la Force d'Action Rapide

/ …

625ème régiment de circulation routière (Réserve)

Évreux

Commandement du Train du 3ème corps d'armée

/ …

680ème régiment de circulation routière (Réserve)

Achern

Commandement du Train du 2ème corps d'armée

/ …

61ème escadron de circulation routière

Auxonne

Commandement du Train de la Force d'Action Rapide

/ …

 

Afin de sécuriser les itinéraires et apporter une aide à la mobilité opérationnelle des unités du corps d'armée, deux régiments de circulation routière sont affectés sous commandement direct du commandement du Train. Ces régiments de circulation routière sont les derniers avatars des unités de régulation du trafic automobile militaire créées à partir de 1916 par l'état-major de l'Armée de Terre.

 

En effet, de par la multiplication du trafic automobile au cours de la 1ère guerre mondiale, il a été nécessaire de mettre sur pied des unités de régulation du trafic routier. La motorisation faisant son chemin, ces unités de régulation deviennent des éléments indispensables du cheminement des troupes car bien que le moteur soit un progrès dans le transport des troupes et matériels, le déplacement à cheval ou à pied permet de ne pas se limiter aux chemins et routes diverses.

 

Les quatre escadrons de circulation administrés par chaque régiment, de par leur patrouilles dotées d'une gamme de véhicules allant de la motocyclettes aux véhicules cargo, jalonnent les itinéraires et assurent la bonne direction des convois.

 

Selon le site traindeséquipages.blogspot.fr « les missions du régiment de circulation routière sont des missions d'aide à la mobilité d'une force opérationnelle terrestre. Elles regroupent certaines missions dévolues aux unités de police militaire dans d'autres pays. Elles comprennent :

 
  • la participation aux missions de sûreté,

  • l'escorte des convois,

  • le renseignement des états-majors sur le déroulement des différents mouvements des troupes amies,

  • l'appui direct au déplacement en zone de combat (reconnaissance et balisage des itinéraires, signalisation et sécurisation des accès),

  • intervention en cas d'incident lors d'un mouvement de troupes (régulation, balisage, aide aux unités),

  • la mise en œuvre de plate-formes d'embarquement par voie aérienne ou maritime. »

 

Précisons que ces régiments de circulation routière sont des aides à la circulation et de protection de convois et non des unités de « MILITARY POLICE » à l'image des unités anglo-saxonnes. La fonction de « MILITARY POLICE » est tenue dans l'armée de terre par les unités prévôtales de la Gendarmerie Nationale.

 

En temps de paix, seuls les 601ème et 602ème régiments de circulation routière sont mis sur pied, accompagnés par le 625ème groupe d'escadrons de circulation routière. En temps de guerre, de par le jeu de la mobilisation, les huit régiments sont mis sur pied et participent au bon fonctionnement des corps d'armée. En temps de guerre, ces régiments de circulation routière, après complément par les réservistes, sont à l'effectif de 1 016 hommes (41 officiers – 188 sous-officiers et 970 hommes de troupes) et sont dotés de 437 véhicules divers dont 152 motocyclettes.

 

Ces huit unités sont théoriquement organisées comme présentées ci-après :

 
  • un état-major,

  • un escadron de commandement et des services,

  • 1er, 2ème, 3ème et 4ème escadrons de circulation routière.

 

 

Nous pouvons également voir dans le tableau l'existence du 61ème escadron de circulation routière. Cet escadron, rattaché au commandement du train de la Force d'Action Rapide, est l'ex- 6ème escadron de circulation routière du 6ème régiment de commandement et soutien de la 6ème division blindée de Strasbourg.

 

Lors de la dissolution de cette grande unité le 1er juillet 1984, l'escadron de circulation est conservé et intègre la Force d'Action Rapide sous le numéro 61 en souvenir de la 61ème compagnie de circulation routière ayant combattu en Indochine. Il est administrativement géré par le 511ème régiment du train d'Auxonne (21) lui même affecté à la Force d'Action Rapide.

 

Pour information, les divers types de motocyclettes utilisées par les escadrons de circulation routière sont :

 
 

Honda CB 250

Peugeot SX8 T

Cagiva 350T4

Moteur :

monocylindre

4 temps refroidi par air

monocylindre

2 temps refroidi par air

monocylindre

4 temps refroidi par air

Cylindrée :

248 cm3

79.6 cm3

343 cm3

Alimentation :

1 carburateur

Embrayage :

multidisque en bain d'huile

Boîte de vitesse :

à 5 rapports

Transmissions :

par chaîne

Vitesse maximale :

146 km/h

80 km/h

145 km/h

Cadre

simple berceau

Suspension avant (débattement)

fourche télescopique

Suspension arrière (débattement)

2 combinés

/ …

Ressort 230 mm

Frein avant

disque

tambour

disque

Frein arrière

tambour

Poids à sec :

125 kg

77 kg

146 kg

Réservoir :

13 litres

7.3 litres

12 litres

- - - / - - -

2 – LES RÉGIMENTS D'APPUI AU COMMANDEMENT :

 

Unités

Garnison

Rattachement

Chef de corps

17ème régiment de commandement et de soutien

Maisons-Laffitte

Élément organique de la Force d'Action Rapide

/ …

20ème régiment du train

Baden-Oos

Élément organique du 2ème corps d'armée

/ …

39ème escadron d'artillerie de corps d'armée

Mercy-les-Metz

Élément organique du 1er corps d'armée

/ …

43ème régiment d'infanterie et de commandement de corps d'armée

Lille

Élément organique du 3ème corps d'armée

Colonel GOUFFAULT

 

De prime abord, nous pouvons remarquer que ces quatre unités portent des noms différents, un effet nous pouvons lire « régiment de commandement et de soutien », « régiment du train », « escadron d'artillerie de corps d'armée » et « régiment d'infanterie et de commandement de corps d'armée ». De plus, ces deux derniers régiments, contrairement aux deux premiers, ne sont pas à proprement parler des unités de l'arme du Train mais de l'artillerie ou de l'Infanterie.

 

Cependant, alors que le 39ème escadron d'artillerie de corps d'armée est bien une unité de l'artillerie, le 43ème régiment d'infanterie et de commandement de corps d'armée est bien une unité du Train mais il garde les traditions du 43ème régiment d'infanterie. En effet, régiment d'infanterie de défense du territoire jusqu'en 1979, il devient élément organique de la 12ème division d'infanterie à cette date.

 

En 1985 dans le cadre de la réorganisation des troupes et la dissolution de la 12ème division d'infanterie, ce régiment, en amalgamant tout ou partie des unités du 2ème groupement des moyens régionaux, se transforme en « régiment d'infanterie et de commandement de corps d'armée » et se place sous les ordres du 3ème corps d'armée.

 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement