Entre réalité et prospective :
   L'armée de terre française en janvier 1989
 
David DELPORTE
 
 

LES DIVISIONS D'INFANTERIE MOTORISÉE

 

MISE A JOUR DU 27 FEVRIER 2015
 

Faisant suite aux divisions légères blindées et dans le prolongement de la réforme de 1984, le corps blindé – mécanisé ne dispose plus que de deux divisions d'infanterie motorisée, à savoir les 8ème et 15ème divisions d’infanterie.

En effet, ont été dissoutes les 12ème et 14ème divisions d'infanterie stationnant auparavant à Rouen et Lyon. Leurs unités constitutives sont dissoutes ou renforcent les 8ème et 15ème divisions d'infanterie. Leurs numéros de rang sont repris par deux divisions légères blindées « école ».

Les 8ème et 15ème divisions d’infanterie sont stationnées en temps de paix en France métropolitaine et sont respectivement affectées au 3ème corps d'armée et au 2ème corps d'armée à partir de 1984. Elles n'ont que peu de rapport quant à la première mouture des divisions d'infanterie de type 1977.

En effet, de par la réforme de 1977, l'armée de terre met sur pied cinq divisions d'infanterie, ce sont les 8ème, 12ème, 14ème et 15ème divisions d'infanterie et la 9ème division d'infanterie de Marine. Cependant, bien que notre état-major veuille transformer ces unités en grande unité motorisée sur VAB avec un apport de cavalerie légère monté sur AMX-10 RC, ces cinq unités sont encore d'un type transitoire avec régiment d'infanterie porté sur camionettes tactiques de type « GBC 8KT » et « TRM 4000 ».

La réforme de 1984 dissout les 12ème et 14ème divisions d'infanterie et en 1988, la 9ème division d'infanterie de Marine de par la transformation du 1er régiment d'infanterie de Marine en régiment de cavalerie légère devient une division légère blindée.

Désormais, les 8ème et 15ème divisions d'infanterie, bien que n'étant plus que deux mais étant totalement motorisée, sont à même de suivre les divisions blindées en cas de conflit, leurs moyens de locomotion et de combat étant sans commune mesure face à la situation liminaire. Issues des forces de défense du territoire, mission primitive, elles se doivent désormais d’épauler les six grandes unités blindées hors du territoire national.

Les divisions d'infanterie « modèle 1984 » sont des grandes unités de combat d'une effectif supérieur à 7 000 hommes soit la valeur d'une brigade OTAN complété d'appui et de soutien.

Cette unité, selon les termes du TTA 105 :

  • concours à la manœuvre d'ensemble par des actions relativement autonomes

  • facilite et complète l'action des divisions blindées en agissant en collaboration étroite avec elles

L'organisation théorique des divisions d'infanterie est ainsi faite en termes d'unités de mêlée, d'appui et de soutien :

Cette grande unité comprend donc :

  • quatre unités de mêlée :

    • un régiment issu de l'Arme Blindée Cavalerie

    • trois régiments d'infanterie motorisée

  • deux unités d'appui :

    • un régiment d'artillerie tractée

    • un régiment de génie

  • une unité de soutien :

    • un régiment de commandement et de soutien

La division d'infanterie est donc équipée d'un matériel spécifique listé ci-dessous :

  • 36 engins blindés de reconnaissance-feu de type AMX10-RC dotés chacun d'un canon de 105 mm F2 BK MECA L/48 en armement principal, et de deux mitrailleuses de 7,62 mm modèle AANF1 en armement secondaire dont une en co-axiale.

  • 400 véhicules de transport blindés de type « VAB »

    • VAB-P : véhicule de transport de troupes avec une mitrailleuse de 12,7 mm ou d'une mitrailleuse de 7,62 mm modèle AANF1

    • VAB-PC : véhicule de commandement avec une mitrailleuse de 12,7 mm ou d'une mitrailleuse de 7,62 mm modèle AANF1

    • VAB-RATAC : véhicule radar

    • VAB-RASIT : véhicule radar

    • VAB-SAN : véhicule sanitaire

    • VAB-VOA : véhicule d'observation d'artillerie dotée d'une tourelle d'observation

  • 56 véhicules anti-chars

    • 12 véhicules anti-chars de type VAB-HOT avec poste de tir de missiles Sol/Sol anti-char (quatre rampes de lancement par poste de tir)

    • 48 véhicules antichars de type VAB-MILAN avec poste de tir de missiles Sol/Sol anti-char (quatre rampes de lancement par poste de tir)

  • 74 bouches à feu diverses :

    • 20 obusiers tractés de type BF50 à canon de 155 mm

    • 54 canons de 20 mm antiaériens de type 53T2 montés sur camionnettes tactiques

  • 12 systèmes d'arme portatifs à très courte portée de type « MISTRAL »

  • 18 véhicules de type VAB-MORTIER tractant chacun un mortier de 120 mm Rayé Tracté Modèle F1

Présentons maintenant les deux divisions d'infanterie motorisée :

- - - / - - -

8e DIVISION D'INFANTERIE :

La 8ème division d'infanterie stationne en temps de paix en 2ème région militaire. Elle est issue de l'amalgame de la 8ème division présente dans le corps de bataille depuis 1959 et des régiments de défense opérationnelle du territoire stationnés en cette région.

En 1984, de par la réforme des armées, la 8ème division d'infanterie, constituée de régiments d'infanterie portée, a amalgamé des unités venant de la 12ème division d'infanterie et à ce titre à du se séparer d'unités dissoutes ou affectées à d'autres unités (4ème régiment de Chasseurs, 43ème et 51ème régiments d'infanterie)

En 1989, la 8ème division d'infanterie est la grande unité d'infanterie motorisée du 3ème corps d'armée.

- - - / - - -

15e DIVISION D'INFANTERIE :

La 15ème division d'infanterie a été mise sur pied en 1977 à partir des régiments de défense opérationnelle du territoire présents dans la 4ème région militaire. En 1984, ayant deux unités dissoutes (57ème régiment d'infanterie et 22ème régiment d'infanterie de Marine), elle récupère deux régiments d'infanterie de la 14ème division d'infanterie défunte (92ème et 99ème régiment d'infanterie) et étend donc sa présence en 5ème région militaire.

En 1989, la 15ème division d'infanterie, bien que stationnée dans le sud de la France, est la grande unité d'infanterie motorisée du 2ème corps d'armée qui, rappelons le, est stationné en Allemagne fédérale.




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement