Entre réalité et prospective :
   L'armée de terre française en janvier 1989
 
David DELPORTE
 
 

LES BRIGADES DE ZONE


En 1984, dans le cadre de la réforme des unités de combat dédiées à la défense opérationnelle du territoire est décidée la mise sur pied de sept brigades des zones devant remplacer les onze divisions de réserve. Ces sept brigades de zone se répartissent chacune dans les six régions militaires / zones de défense sachant que la 6ème région militaire / zone de défense « Est » compte deux brigades de zone.

Mentionnons qu'il en va de même pour les quatre divisions d'infanterie « école » qui passent de quatre à une quant à la défense du territoire, puisque les 131ème et 151ème divisions d'infanterie « école » se transforment en 12ème et 14ème divisions légères blindées « école » tout en étant désormais rattachée au 1er corps d'armée et que la 141ème division d'infanterie « école » est dissoute. Ne reste plus que la 152ème division d'infanterie « école » présentée dans les divisions d'infanterie légère.

Un tableau présente ci-après la capacité de combat entre la situation de 1977 (onze divisions de réserve) et celle de 1989 sachant qu'outre les sept brigades de zone agissant au niveau zone de défense, sont mis sur pied vingt-trois régiments interarmes divisionnaires et six régiments « frontières » ayant comme périmètre d'action les divisions militaires territoriales :




Situation 1977

Situation 1989

Différence

Combat

Régiment de cavalerie légère

11

7

-4

Régiment d'infanterie portée

33

15

-18

Régiment interarmes divisionnaire

/ …

23

+23

Régiment frontière

/ …

6

+6

Appuis

Compagnie du génie

11

16

+5

Soutien

Régiment de commandement et de soutien

11

7

-4

Total

66

74

+8

Ces chiffres semblent montrer une augmentation des moyens mis en œuvre pour la défense opérationnelle du territoire.

En effet, nous avons une augmentation de huit unités passant de cinquante-cinq régiments et onze compagnies à cinquante-huit régiments et seize compagnies. Mais nous pouvons voir que nous perdons quatre régiments d'automitrailleuses légères et quatre régiments de commandement et de soutien.

La perte des dix-huit régiments d'infanterie portée est compensée par la création des vingt-trois régiments interarmes divisionnaires et six régiments « frontières ». Mentionnons que l'effectif d'un régiment porté est de 940 hommes avec quatre compagnies de combat mais le régiment interarmes divisionnaires est également un régiment porté avec ajout d'un escadron d'automitrailleuses à 127 hommes. Le régiment frontière compte lui 1050 hommes.

La situation des effectifs théoriques est bonne, mais la manœuvre des troupes est moins aisée puisque plus disparate.

Faisant suite à cette présentation, l'organisation théorique de la brigade de zone est ainsi faite en termes d'unités de mêlée, d'appui et de soutien :

La brigade de zone est une unité interarmes de combat d'un effectif d'environ 4 500 hommes.

Cette unité de combat n'est prévue que pour la lutte contre des unités légères s'étant infiltrées sur les arrières de notre ligne de défense. Elle ne peut en aucun cas intervenir en première ligne contre des unités blindées ou mécanisées.

Comme le présente le schéma présenté supra, elle comprend d'une manière théorique :

  • trois unités de mêlée :

    • un régiment d'automitrailleuses issu de l'Arme blindée cavalerie

    • deux unités d'infanterie portée sur véhicule de transport de type GBC 8KT

  • deux unités d'appui :

    • deux compagnies de combat du génie

  • une unité de soutien :

    • un régiment de commandement et de soutien

La brigade de zone est donc équipée d'un matériel spécifique listé ci-dessous :

  • 41 véhicules de combat :

    • 29 automitrailleuses légères de type « Panhard » avec mortier de 60 mm

    • 12 automitrailleuses légères de type « Panhard » avec canons de 90 mm

  • 12 véhicules antichars :

    • 12 véhicules légers tout-terrain anti-char de type « Hotchkiss M201 » avec canon de 106 mm sans recul

  • 65 canons et mortiers divers :

    • 29 mortiers de 60 mm montés sur tourelles en armement principal avec le double de mitrailleuses de 7,62 mm modèle AANF1 en armement secondaire

    • 12 canons de 106 mm sans recul modèle M40 sur affût tripode M79

    • 12 canons de 90 mm de type F1 montés sur tourelles en armement principal avec autant de mitrailleuses de 7,62 mm modèle AANF1 en armement secondaire

    • 12 mortiers de 81 mm modèle F1

Après avoir présenté d'une manière théorique ces unités, voici ci-dessous le détail des sept brigades de zone :

 - - - / - - -
102ème BRIGADE DE ZONE

- - - / - - -
107ème BRIGADE DE ZONE

- - - / - - -
108ème BRIGADE DE ZONE

- - - / - - -
109ème BRIGADE DE ZONE

- - - / - - -
110ème BRIGADE DE ZONE

- - - / - - -
115ème BRIGADE DE ZONE

- - - / - - -
127ème BRIGADE DE ZONE




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement