Entre réalité et prospective :
   L'armée de terre française en janvier 1989
 
David DELPORTE
 
 

- - - / - - -

C – LES UNITÉS DE L'AVIATION LÉGÈRE DE L’ARMÉE DE TERRE :

 

Au 1er janvier 1989, l'aviation légère de l'armée de terre est représentée au sein de chaque corps d'armée par un commandement d'arme dénommé « COMALCA » et deux unités que sont le régiment d’hélicoptères de combat et le groupe d’hélicoptères légers.

 

Le régiment d'hélicoptères de combat assure au sein du corps d'armée une double mission de découverte et de coup de poing antichar.

 

Pour ces deux missions, il est épaulé par le régiment de reconnaissance issue de l'armée blindée cavalerie et le groupe d’hélicoptères légers affectés au corps d'armée. On parle alors de « groupement d'intervention antichars ».

 

Le groupe d'hélicoptères légers assure quant à lui une mission principale qui est l'aide au commandement de par le transport d'autorités.

 

En matière d'affectation des unités, nous pourrons voir que chaque corps d'armée est bien doté en temps de guerre des deux unités désignées ci-après ce qui nous fait donc six unités.

 

Cependant, en temps de paix, ces six unités organiques de corps d'armée sont soit en déficit de machines soit tout simplement non constituées. En effet, de par ce matériel spécifique qu'est l'hélicoptère, l'armée de terre ne peut aligner en temps de paix un nombre conséquent de voilures tournantes.

 

En 1984, par la création de la Force d'Action Rapide, le choix a été fait de privilégier les quatre unités engagées au sein de la 4ème division aéromobile. Les trois régiments et les trois groupes étudiés ci-après sont un peu les « parents pauvres » de l'Arme. Cependant, les deux écoles « ALAT » de Dax (40) et du Luc (83) doivent se charger de mettre sur pied les escadrilles manquantes lors de la mobilisation.

 

En effet, avec la création de cette grande unité, sont mis sur pied deux nouveaux régiments d'hélicoptères, certains régiments changent d'affectation, voici ci-après un comparatif entre l'année 1979 et l'année 1989 :

 
 

1979

1989

1er corps d'armée / COMALCA 1

. 11ème groupe d'hélicoptères légers

. 1er régiment d’hélicoptères de combat

. 3ème régiment d’hélicoptères de combat

. 11ème groupe d'hélicoptères légers – école

. 7ème régiment d’hélicoptères de combat

2ème corps d'armée / COMALCA 2

. 12ème groupe d'hélicoptères légers

. 2ème régiment d’hélicoptères de combat

. 4ème régiment d’hélicoptères de combat – école

. 12ème groupe d'hélicoptères légers

. 2ème régiment d’hélicoptères de combat

3ème corps d'armée / COMALCA 3

. 13ème groupe d'hélicoptères légers

. 6ème régiment d’hélicoptères de combat

. 13ème groupe d'hélicoptères légers – école

. 6ème régiment d’hélicoptères de combat

A disposition de la 11ème division parachutiste

. 5ème régiment d’hélicoptères de combat

/ …

4ème division aéromobile

/ …

. 1er régiment d’hélicoptères de combat

. 3ème régiment d’hélicoptères de combat

. 5ème régiment d’hélicoptères de combat

. 4ème régiment d’hélicoptères de commandement et de manœuvre

 

- - - / - - -

1 – LES RÉGIMENTS D'HÉLICOPTÈRES DE COMBAT :

 

Unités

Garnison

Rattachement

Chef de corps

2ème régiment d’hélicoptères de combat

Friedrichshafen

Commandement de l'ALAT du 2ème corps d'armée

Lieutenant-Colonel PRADIE

6ème régiment d’hélicoptères de combat

Margny-lès-Compiègne

Commandement de l'ALAT du 3ème corps d'armée

Lieutenant-Colonel COUSIN

7ème régiment d’hélicoptères de combat

Essey-lès-Nancy

Commandement de l'ALAT du 1er corps d'armée

Lieutenant-Colonel CLEMENÇON DE BELLEFOIS

 

En temps de guerre et hors unités effectuant la gestion de la garnison et de la formation initiale des recrues, les trois régiments d'hélicoptères de combat sont à l'effectif de 810 hommes (52 officiers – 284 sous-officiers et 474 hommes de troupes) et sont théoriquement dotés de 227 véhicules divers, de 50 hélicoptères légers et de 11 hélicoptères de manœuvre.

 

Ce type de régiment est organisé en :

 
  • une escadrille de commandement et des services,

  • une escadrille de soutien et ravitaillement,

  • 1ère escadrille d'hélicoptères de reconnaissance,

  • 2ème escadrille d'hélicoptères appui-protection,

  • 3ème, 4ème et 5ème escadrilles d'hélicoptères antichars,

  • 6ème escadrille d'hélicoptères de manœuvre.

 

Pour ces trois régiments d’hélicoptères de combat, même si ceux – ci sont déjà sur pied en temps de paix, ils ne sont pas à effectifs pleins du point de vue de leurs unités élémentaires. Comme nous avons déjà pu l'écrire, les deux écoles « A.L.A.T » de Dax et du Luc se chargent de mettre sur pied les escadrilles manquantes lors de la mobilisation.

 

Ce fait est du à la réorganisation des unités de l'Aviation de l'Armée de terre en 1984 consécutive à la création de la 4ème division aéromobile. A cet effet ont été mis sur pied deux nouveaux régiments et les escadrilles ont été réorganisées.

 

Ainsi les 1er, 3ème et 5ème régiments d'hélicoptères de combat ont perdu leur 7ème escadrille d'hélicoptères de manœuvre au profit du 4ème régiment d'hélicoptères de commandement et de manœuvre. Le 2ème régiment d'hélicoptères de combat, quant à lui, a donné sa 7ème escadrille d'hélicoptères de manœuvre au profit du 7ème régiment d'hélicoptères de combat. Le 11ème groupe d'hélicoptères légers, dissous, donne sa première escadrille au 4ème régiment d'hélicoptères de commandement et de manœuvre et sa deuxième escadrille au 7ème régiment d'hélicoptères de combat.

 

De plus, pour le 7ème régiment d'hélicoptères de combat, les 1er, 2ème, 3ème et 5ème régiments d'hélicoptères de combat ont également donné des appareils de combat antichars permettant de mettre sur pied une escadrille antichars et le 2ème régiment d'hélicoptères de combat a donné quant à lui sa 5ème escadrille d'hélicoptères antichars qui devient la deuxième escadrille antichars.

 

Ainsi, la création des deux régiments ne se fait pas avec une augmentation du potentiel en voilures tournantes mais bien avec une nouvelle ré »partition des engins. La 4ème division aéromobile étant la priorité, ses unités sont ré-équipées systématiquement au détriment des unités des corps d'armée qui ne pourront compter que sur les unités « école ».

 

Au 1er janvier 1989 et d'une manière théorique, le matériel utilisé pour ces unités se répartit en :

 
  • dix hélicoptères pour les liaisons et la reconnaissance :

    • soit l'hélicoptère léger SA.341F Gazelle dite « lisse »,

    • ou l’hélicoptère léger de type SA.316B Alouette III.

  • dix hélicoptères pour l'appui :

    • l'hélicoptère léger SA.341F2 Gazelle avec canon de 20 mm en sabord.

 
  • trente hélicoptères pour la lutte antichar :

    • soit l'hélicoptère léger SA.341F Gazelle avec missiles antichar « HOT »,

    • ou l’hélicoptère léger SA.342M Gazelle avec missiles antichar « HOT ».

  • onze hélicoptères pour le transport :

    • l'hélicoptère de manœuvre de type SA.330Ba Puma.

 

Cependant, la situation réelle suivante est présentée ci-dessous sous la forme des tableaux de dotations « paix » et « guerre » :

 

situation « paix » :

 
 

2ème régiment d'hélicoptères de combat

6ème régiment d'hélicoptères de combat

7ème régiment d'hélicoptères de combat

EHAP

EHAP 1

(10 SA.341F2 Gazelle canon)

EHAP 1

(10 SA.341F2 Gazelle canon)

/ ...

EHL

/ …

EHL 2

(10 SA.316B Alouette III)

EHL 2

(10 SA.316B Alouette III)

EHAC

EHAC 3

(8 SA.342M Gazelle HOT)

EHAC 3

(8 SA.342M Gazelle HOT)

EHAC 3

(8 SA.341F Gazelle HOT)

EHAC 4

(8 SA.342M Gazelle HOT)

EHAC 4

(8 SA.342M Gazelle HOT)

EHAC 4

(8 SA.341F Gazelle HOT)

/ …

/ …

/ …

EHM

EHM 6

(9 SA.330Ba Puma)

EHM 6

(12 SA.330Ba Puma)

EHM 6

(9 SA.330Ba Puma)

Total

35 appareils sur une dotation théorique de 61 appareils

48 appareils sur une dotation théorique de 61 appareils

35 appareils sur une dotation théorique de 61 appareils

 

Nous pouvons donc voir que la situation réelle est bien loin des dotations théoriques.

 

En matières d'équipement, nous pouvons constater que ces trois unités sont un peu les délaissées de l'aviation légère de l'armée de terre. En effet, il est force de constater que la dotation réelle en hélicoptères n'est que très faible par rapport à la dotation théorique.

 

En temps de paix, les trois régiments d'hélicoptères de combat possèdent un total de quatre-vingt-huit hélicoptères légers et trente hélicoptères de manœuvre au lieu de cent-cinquante hélicoptères légers et trente-trois hélicoptères de manœuvre soit :

 
  • vingt hélicoptères légers SA.341F2 Gazelle canon en lieu et place des trente machines réglementaires (une escadrille manquante au 7ème régiment d'hélicoptères de combat)

 
  • vingt hélicoptères légers SA.316B Alouette III en lieu et place des trente machines de liaison réglementaires (une escadrille manquante au 2ème régiment d'hélicoptères de combat)

 
  • seize hélicoptères légers SA.341F Gazelle HOT et trente-deux hélicoptères légers SA.342M Gazelle HOT en lieu et place des quatre-vingt-dix machines réglementaires (trois escadrilles manquantes et déficit de deux machines sur les six autres escadrilles).

 
  • trente hélicoptères de manœuvre SA.330Ba Puma en lieu et place des trente-trois machines réglementaires (déficit de deux machines sur deux des escadrilles et surplus de trois appareils sur celle du 6ème régiment d'hélicoptères de combat)

 

Nous pouvons donc acter qu'en matière d'hélicoptères légers la dotation n'est respectée qu'à hauteur des deux tiers.

 

Situation « guerre » :

 
 

2ème régiment d'hélicoptères de combat

6ème régiment d'hélicoptères de combat

7ème régiment d'hélicoptères de combat

EHAP

EHAP 1

(10 SA.341F2 Gazelle canon)

EHAP 1

(10 SA.341F2 Gazelle canon)

EHAP 1 – École

(10 SA.341F2 Gazelle canon)

EHLR

EHLR 2 – École

(10 SA.341F Gazelle)

/ …

/ ...

EHAC

EHAC 3

(8 SA.342M Gazelle HOT)

EHAC 3

(8 SA.342M Gazelle HOT)

EHAC 3

(8 SA.341F Gazelle HOT)

EHAC 4

(8 SA.342M Gazelle HOT)

EHAC 4

(8 SA.342M Gazelle HOT)

EHAC 4

(8 SA.341F Gazelle HOT)

EHAC 5 – École

(10 SA.342M Gazelle HOT)

/ …

EHAC 5 – École

(10 SA342 Gazelle HOT)

EHM

EHM 6

(9 SA.330Ba Puma)

EHM 6

(12 SA.330Ba Puma)

EHM 6

(9 SA.330Ba Puma)

EHM 7 – École

(10 SA.330Ba Puma)

/ …

/ …

Total

65 appareils sur une dotation théorique de 61 appareils

38 appareils sur une dotation théorique de 61 appareils

45 appareils sur une dotation théorique de 61 appareils

 

En temps de guerre, après appoint des escadrilles mises sur pied par les écoles, les trois régiments d'hélicoptères de combat possèdent un total de cent-huit hélicoptères légers et quarante hélicoptères de manœuvre :

 
  • dix hélicoptères légers SA.341F Gazelle en lieu et place des trente machines réglementaires (deux escadrilles manquantes aux 6ème et 7ème régiments d'hélicoptères de combat et une escadrille « école » en sus au 2ème régiment d'hélicoptères de combat),

 
  • trente hélicoptères légers SA.341F2 Gazelle canon pour trente machines réglementaires (une escadrille « école » en sus au 7ème régiment d'hélicoptères de combat),

 
  • seize hélicoptères légers SA.341F Gazelle HOT et cinquante-deux hélicoptères légers SA.342M Gazelle HOT en lieu et place des quatre-vingt-dix machines réglementaires (déficit de deux machines pour les six escadrilles d'active et une escadrille « école » en sus pour les 2ème et 7ème régiment d'hélicoptères de combat)

 
  • quarante hélicoptères de manœuvre SA.330Ba Puma en lieu et place des trente-trois machines réglementaires (déficit de deux machines sur deux des escadrilles d'active et surplus de trois appareils sur celle du 6ème régiment d'hélicoptères de combat avec en sus une escadrille supplémentaire au 2ème régiment d'hélicoptères de combat)

 

Il est à signaler qu'ont disparu les deux escadrilles d'hélicoptères légers des 6ème et 7ème régiments d'hélicoptères de combat dotées chacune de dix hélicoptères légers SA.316B Alouette III. Ces escadrilles sont la base des 11ème et 13ème groupes d'hélicoptères légers « école » mis sur pied en cas de guerre.

 

Il n'est nul besoin d'être devin pour comprendre que ces unités sont largement déficitaires. A la lecture des divers tableaux, seul le 2ème régiment d'hélicoptères de combat, avec un renfort des écoles (trois escadrilles sur sept) est en mesure de soutenir la comparaison avec un léger déficit de quatre hélicoptères légers antichars mais avec une escadrille d'hélicoptères de manœuvre en sus.

 

Les deux autres régiments ne sont que de pales unités de combat. Le 6ème régiment d'hélicoptères de combat n'a aucun renfort et perd même une escadrille pour se retrouver avec trois escadrilles de combat et une escadrille de transport. Le 7ème régiment d'hélicoptères de combat perd également une escadrille d'hélicoptères légers mais en gagne deux. Donc le bénéfice n'est que d'une escadrille. Ces deux unités sont respectivement à trente-huit et quarante-cinq hélicoptères au lieu des soixante-et-une machines réglementaires.



TABLEAU DE COMPARAISON DES HÉLICOPTÈRES EN DOTATION :



SA.341F Gazelle

SA.341F2 Gazelle canon

SA.342M Gazelle HOT

SA.330Ba Puma

Motorisation :

Turboméca Astazou III 2c

Turboméca Astazou XIV M ou H

2 x Turboméca Turmo III C4

Puissance unitaire :

652 ch

864 ch

1330 ch

Rotor :

tripale

quadripale

Équipage :

2 hommes

3 hommes + maximum de 20 passagers

Longueur hors-tout :

11,97 m

14.06 m

Hauteur hors-tout :

3.192 m

5.14 m

Diamètre du rotor :

10,50 m

15.09 m

Poids à vide :

1 160 kg

1 200 kg

3 615 kg

Poids maximal au décollage :

1 900 kg

7 400 kg (charge utile de 1 560 kg)

Vitesse de croisière :

220 km/h

230 km/h

280 km/h

Vitesse maximale :

310 km/h

310 km/h

Plafond :

6 000 m

5 000 m

Distance franchissable ou Autonomie :

670 km

550 km

Armement :

/ …

De dotation :

Canon de 20mm GIAT M621 fixé sur un support latéral extérieur droit

De dotation :

2 x 2 missiles antichars filoguidés air/sol HOT fixés sur supports latéraux extérieurs

Optionnel :

. mitrailleuses de 7,62 mm
. paniers de roquettes
. missiles antichars filoguidés air/sol HOT
. Canon de 20mm GIAT M621 en sabord


L’hélicoptère léger SA.316B Alouette III sera présenté dans la page suivante.




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement