Entre réalité et prospective :
   L'armée de terre française en janvier 1989
 
David DELPORTE
 
 

Ces huit régiments représentent une masse importante d’unités se répartissant de la manière suivante dans les trois corps d’armée :

 
 

Corps d’armée type

1er corps d’armée

2e corps d’armée

3e corps d’armée

Force d’Action Rapide

Total

Compagnie d'approvisionnement

3

1

1

1

- - -

3 / 12

Compagnie de soutien multi-technique

3

6

6

4

2

18 / 12

Compagnie de soutien d'artillerie

2

1

- - -

1

- - -

2 / 8

Compagnie de soutien électronique

2

1

3

2

- - -

6 / 8

Compagnie de munitions

2

1

3

- - -

- - -

4 / 8

Compagnie de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre

1

- - -

- - -

1

1

2 / 4

Total

13

10

13

9

3

35 / 52

 

Comme nous pouvons le voir, le constat est sans appel, il y a une grande différence entre le schéma théorique et la réalité du terrain.

 

En effet, sur les cinquante-deux unités nécessaires pour armer les huit régiments de Matériel à potentiel défini comme supra, les unités ne disposent que de trente-cinq unités soit un déficit de dix-sept unités (- 32,70 %).

 

Dans le détail, outre les compagnies de soutien multi-technique qui sont au nombre de dix-huit au lieu des douze réglementaires (+ 150 %), toutes les autres formations sont en déficit.

 

Les deux unités les moins présentes sont la compagnie d'approvisionnement (déficit de neuf unités sur les douze prévues) et la compagnie de soutien artillerie (déficit de six unités sur les huit prévues).

 

Au niveau des brigades logistiques, la chaîne « maintien en condition » du 1er corps d'armée, dirigeant trois régiments du Matériel, devrait être pourvue de vingt-et-une unités, cependant elle n'en possède que dix (déficit de 47,62 %). Elle ne possède pas de compagnie de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre mais est dotée d'un détachement de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (non compté dans le tableau ci-dessus).

 

La chaîne « maintien en condition » du 2ème corps d'armée, dirigeant trois régiments du Matériel, devrait être pourvue de vingt-et-une unités, cependant elle n'en possède que treize (déficit de 38,10 %). Elle ne possède ni compagnie de soutien d'artillerie, ni compagnie de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre mais est dotée d'un groupement de soutien de l’Aviation légère de l’Armée de Terre (non compté dans le tableau ci-dessus).

 

La chaîne « maintien en condition » du 3ème corps d'armée, dirigeant deux régiments du Matériel, devrait être pourvue de quatorze unités, cependant elle n'en possède que neuf (déficit de 35,71 %). Elle ne possède pas de compagnie de munitions mais est dotée de quatre détachements de munitions qui peuvent mettre sur pied une ou plusieurs compagnies de munitions.

 

Pour la Force d’Action Rapide, il est plus simple de parler des unités en place que des unités absentes. Ne possédant aucun régiment du Matériel, ses trois compagnies sont « hébergées » par les 1er et 4ème régiments du Matériel. La chaîne « maintien en condition » de ce corps d'armée qui se veut « expéditionnaire » de par ses gênes coloniaux compte sur la « générosité » des autres corps de l'armée de terre pour subvenir à ces besoins.
 

Pour plus de renseignements sur l'Arme du Matériel, vous pouvez consulter à loisir l'ouvrage du Lieutenant-colonel (H) Dominique LORRAIN : « Recueil des Structures du Matériel de l’Armée de Terre des origines à 2017 ». Merci à lui pour son travail qui est véritablement la bible du Matériel.



 

- - - / - - -

2 – LES BATAILLONS DU MATÉRIEL :

 

Unités

Garnison

Rattachement

Chef de corps

21ème bataillon du matériel

Mailly

Élément organique de la brigade logistique du 1er corps d'armée

Lieutenant-Colonel SINAGRA

22ème bataillon du matériel

Oberhoffen-sur-Moder

Élément organique de la brigade logistique du 2ème corps d'armée

/ …

3ème détachement de soutien avancé du 21ème bataillon du matériel

Laon – Couvron

Élément organique de la brigade logistique du 3ème corps d'armée

Capitaine Lauriot

 

Les 21ème et 22ème bataillons du matériel sont deux unités du Matériel attachées à la maintenance des missiles Pluton et des engins érecteurs des cinq régiments d’artillerie.

 

Ces unités succèdent au compagnies de soutien de l’arme nucléaire (CSAN) puis aux groupements de soutien de l’arme nucléaire (GSAN).

 

Chaque bataillon du Matériel, à l’effectif de 213 hommes et dotés de 32 véhicules, se compose normalement de :

 
  • un état-major.

  • un détachement commandement-vie-administration,

  • un détachement d'approvisionnement et de réparation (DAR) des sous-ensembles informatiques, transmissions

    et hydrauliques des PLUTON,

  • 1er et 2ème détachements de soutien avancé (DSA).

 

Le 22ème bataillon du Matériel, qui dépend du 2ème corps d'armée, est bien sur ce modèle, puisqu’il travaille au profit des 32ème et 74ème régiment d’artillerie.

 

Le 21ème bataillon du Matériel qui dépend normalement du 1er corps d'armée, travaillant au profit des 3ème et 15ème régiment d’artillerie, possède également un 3ème détachement de soutien avancé qui œuvre en support du 4ème régiment d’artillerie, affecté au 3ème corps d’armée.

 

Les 21ème et 22ème bataillons du matériel disposent pour les travaux d’envergure d’un « atelier lourd des systèmes d’arme nucléaires » (ALSAN) à Mailly-le-Camp.
 

- - - / - - -
3 – LES UNITÉS DE SOUTIEN A L'AVIATION LÉGÈRE DE L’ARMÉE DE TERRE :

 

Unités

Garnison

Rattachement

Chef de corps

Détachement « Aviation Légère de l’Armée de Terre » du 1er régiment du matériel

Essey-les-Nancy

Élément organique de la brigade logistique du 1er corps d'armée

/ …

3ème compagnie de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre du 1er régiment du matériel

Étain

Élément organique de la brigade logistique de la Force d'Action Rapide

/ …

2ème groupement de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre

Friedrichshafen

Élément organique de la brigade logistique du 2ème corps d'armée

Lieutenant-Colonel BRENOT

1er groupement technique de l'établissement régional du Matériel de Versailles

Les Mureaux

Élément organique de la brigade logistique du 3ème corps d'armée

/ …

5ème compagnie de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre du 3ème régiment du matériel

Margny-les-Compiègne

Élément organique de la brigade logistique du 3ème corps d'armée

/ …

22ème détachement de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre

Trêves

Élément organique de la brigade logistique du 2ème corps d'armée

/ …

 

Les six unités de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre présentées supra sont d’appelations variées mais sont structurées d’une manière cohérente et généralement similaire de par les missions qui leur sont confiées.

 

En effet, la brigade logistique type dispose de deux types d’unités de soutien mis sur pied le 1er août 1978, à savoir :

 
  • un groupement de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (GSALAT) qui est dimensionnée selon le format d’une compagnie et qui apporte son soutien à un régiment d’hélicoptères de combat,

  • un détachement de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (DSALAT) qui est dimensionnée selon le format d’une section et qui apporte son soutien à un groupe d’hélicoptères légers.

Néanmoins une exception se font jour. Le détachement « Aviation Légère de l’Armée de terre » du 1er régiment du matériel (ex-11ème détachement de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre) qui supporte le 7ème régiment d’hélicoptères de combat (ex-11ème groupe d’hélicoptères légers).

 

De manière théorique, le groupement de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (GSALAT) à l’effectif de 195 hommes (6 officiers, 76 sous-officiers et 113 militaires du rang) doté de 70 véhicules divers et d’un aéronef à voilure fixe, se structure de la manière suivante :

 
  • une section de commandement,

  • un détachement technique d’emploi (avec un aéronef à voilure fixe)

  • un détachement approvisionnement (carburant – ingrédients)

  • un détachement « hélicoptères légers » / « hélicoptères antichars »,

  • un détachement « hélicoptères de manoeuvre ».


 

De manière théorique, le détachement de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (DSALAT) à l’effectif de 40 hommes (1 officier, 19 sous-officiers et 20 militaires du rang) doté de 23 véhicules divers, se structure de la manière suivante :

 
  • un groupe de commandement,

  • un groupe approvisionnement (carburant),

  • un groupe « ateliers ».


 

Voici donc un descriptif des unités :

 
  • 1er corps d’armée :

    • le détachement ALAT du 1er régiment du matériel (ex-11ème détachement de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre) qui supporte le 7ème régiment d’hélicoptères de combat (ex-11ème groupe d’hélicoptères légers),

  • 2ème corps d’armée :

    • le 2ème groupement de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre qui supporte le 2ème régiment d’hélicoptères de combat,

    • le 22ème détachement de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre qui supporte le 12ème groupe d’hélicoptères légers,

  • 3ème corps d’armée :

    • la 5ème compagnie de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre du 3ème régiment du matériel (ex-6ème détachement de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre) qui supporte le 6ème régiment d’hélicoptères de combat

    • le 1er groupement technique de l'établissement régional du Matériel de Versailles qui supporte en temps de paix le 1er groupe d’hélicoptères légers mais qui prend en charge en temps de guerre le 13ème groupe d’hélicoptères légers mis sur pied à Lesquin,

  • Force d’Action Rapide :

    • 3ème compagnie de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre du 1er régiment du matériel (ex- 3ème groupement de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre) qui supporte le 3ème régiment d’hélicoptères de combat.

Rappelons que pour la Force d’Action Rapide, le 9ème régiment de soutien aéromobile intégre deux compagnies de soutien renforcée (ex-1er et 5ème groupements de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre) qui supportent respectivement les 1er et 5ème régiments d’hélicoptères de combat.

Nous avons donc :

  • deux compagnies et un groupement de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre soutenant trois régiments d’hélicoptères de combat,

  • deux détachements de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre et un groupement technique soutenant respectivement un régiment d’hélicoptères de combat (ex-groupe d’hélicoptères légers) et deux groupes d’hélicoptères légers.

En temps de guerre, alors que chaque corps d’armée doit avoir un régiment d’hélicoptères de combat et un groupe d’hélicoptères légers, nous pouvons voir que les 2ème et 3ème corps d’armée respectent la dotation en unités de soutien.

Le 1er corps d’armée, qui n’a qu’un détachement de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre supportant un régiment d’hélicoptères de combat ne met rien en œuvre en temps de guerre lorsque sera mis sur pied le 11ème groupe d’hélicoptères légers.

La Force d’Action Rapide est quant à elle dans une situation particulière. Elle dirige en effet trois régiments d’hélicoptères de combat et un régiment d’hélicoptères de commandement et de manœuvre qi sont engagés dans la 4ème division aéromobile.

Comme nous avons pu le voir sa brigade logistique dirige une compagnie de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre alors que deux compagnies de soutien renforcée sont intégrées au 9ème régiment de soutien aéromobile.

Mentionnons qu’après 1989, la 3ème compagnie de soutien de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre du 1er régiment du matériel sera intégrée dans le 9ème régiment de soutien aéromobile comme 3ème compagnie de soutien renforcée.

 




Créer un site
Créer un site